FSU Val-de-Marne
Accueil > MILITER > Dans les instances > CAAS > Déclaration CAAS du 19 janvier 2017

Déclaration CAAS du 19 janvier 2017

19 janvier

Déclaration FSU- FO- UNSA à la CAAS plénière du 19 janvier 2017

Le budget de l’action sociale académique a été pour l’année 2016 en baisse de plus de 50 000€, soit une baisse de 2.76%.
De 2014 à 2016, les dépenses globales ont baissé de 12.6%, passant de un peu plus de 2 millions à 1,8 millions. Malgré une gestion rigoureuse des deniers publics et une chute des dépenses de plus de 220 000 € sur la ligne « aides aux familles », le budget de l’année 2016 n’est pas à l’équilibre avec un reste à payer de plus de 420 000€. Si on additionne les dépenses 2016 et le reste à payer, on obtient un total de 2 223 789€. Nous demandons donc que le budget alloué à l’action sociale pour l’année 2017 s’élève au minimum à 2 225 000€, ainsi qu’un abondement de 420 000€ pour apurer les comptes 2016.
Concernant le logement, si les aides sous forme d’ASIA ont sensiblement augmenté (+12 000€, + 3.6%), les dépenses en secours du bloc 6 ont baissé de plus de 13 000€ (-16.5%).Cependant il reste encore de nombreux dossiers d’ASIA, arrivés après le 16 novembre, à payer. Dans le bloc 6, le nombre de demandes est sensiblement équivalent entre 2015 et 2016 et le nombre de refus est en baisse. Mais on peut constater que si la grande majorité des demandes provient de Seine Saint Denis, les demandes du Val-de-Marne sont en hausse significative (+8%). Enfin, vu la situation sur le logement extrêmement tendue en Ile de France, nous réitérons notre demande de mise à l’étude d’un cautionnement logement pour les stagiaires.

Comme mentionné précédemment, les dépenses d’ aides à la famille ont chuté de plus de 220 000€ en 2016. Cela représente une baisse de31.5%, et pour les dépenses "activités de loisirs", cette baisse est de 60% et le nombre de bénéficiaires en baisse de 40%. Nous savons que ce domaine n’est pas considéré comme prioritaire et que c’est essentiellement dans celui-ci que sont réalisées les économies. Certes, dans un budget contraint, il faut faire des choix de gestion. Mais nous réaffirmons que les activités culturelles et les activités de loisirs ne sont pas un "supplément d’âme" mais bien un moyen de lutter contre les inégalités sociales que l’action sociale a le devoir de soutenir .C’est aussi pourquoi il faut augmenter le budget de l’action sociale. Nous souhaiterions d’ailleurs savoir à combien s’élève le montant des dépenses non effectuées dans ce domaine.
Nous tenons à remercier les assistantes sociales pour le travail qu’elles fournissent pour la constitution des dossiers de prêts et secours et l’administration pour le suivi de ces dossiers. La hausse du nombre de dossiers présentés, bien que restant inférieur à celui de 2014, est significative des difficultés que rencontrent nos collègues, et du besoin d’avoir une action sociale renforcée. Nous nous félicitons par ailleurs de la plaquette éditée par le rectorat et diffusée à l’ensemble des personnels pour la 1ère fois cette année.

Concernant les modifications d’ASIA qui nous ont été proposées en groupe de travail, il nous semble normal qu’une case colocation figure sur la demande d’aide au cautionnement.
En revanche, nous ne voulons pas limiter la possibilité de demander l’ASL aux 6 premiers mois suivant l’affectation.
De la même manière, nous souhaitons que la PAAC reste ouverte aux ex contractuels nouvellement titularisés, à partir du moment où ils justifient d’un changement de domicile et que, dans ce cadre, elle soit ouverte à l’ensemble des ex contractuels nouvellement titularisés , et pas uniquement aux enseignants du 1er degré.
Enfin, concernant l’ouverture aux organisations à but lucratif de l’aide aux activités de loisirs aux parents d’enfants handicapés, si nous ne nous y opposons pas vu la réalité de terrain, nous demandons à ce que ce dossier soit tout particulièrement suivi l’an prochain car nous ne souhaitons pas que l’argent public soit dépensé à enrichir des organismes privés.
Pour terminer, nous demandons toujours que le montant de l’Aide à la séparation géographique du conjoint par obligation professionnelle soit portée à 600 €.
Il faudra aussi réévaluer les indices pour l’ensemble des ASIA, consécutivement à la revalorisation des carrières issue du PPCR.
Je vous remercie.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0